Armand Gatti : Lettre n°1 du Fonds de Dotation

Publié le par la Délégation à la vie associative et à l’éducation populaire

Mots-clés : Culture Equipement Culturel livres Films

Envoyer par mail

Armand Gatti nous a quittés le 6 avril 2017. Ceux qui furent ses compagnons de travail depuis toujours ont décidé de continuer à faire vivre et connaitre son œuvre.

Tout d’abord en proposant que la maison (propriété du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis) où habita Gatti pendant près de vingt ans, devienne à la fois un lieu de recherches autour de son œuvre et un lieu d’accueil des écrivain(e)s. Nous souhaitons que la maison d’Armand Gatti devienne "la Maison des écrivain(e)s en résidence en Seine-Saint-Denis".

Une pétition est en ligne, signez-la ici :
https://www.armand-gatti.org/petition/

L’aide financière des pouvoirs publics s’arrêtant, nous avons besoin de moyens pour mener à bien ce travail, immense compte tenu de l’ampleur des archives encore non exploitées.

En décembre 2014, nous avons créé un fonds de dotation « La Parole errante d’Armand Gatti » réunissant Olivier Neveux (universitaire), Michel Séonnet (écrivain), Armand Gatti et ses plus proches compagnons (Hélène Châtelain, Stéphane Gatti et Jean-Jacques Hocquard).

Plus d’informations ici :
https://www.armand-gatti.org/fonds-de-dotation/
JPEG - 83.4 ko
Grâce à ce fonds nous pourrons, à la fois continuer à faire paraître les Cahiers Armand Gatti, développer la connaissance de l’œuvre (plus de 70 pièces, des poèmes, des films, des livres-fleuves) et gérer le centre documentaire ouvert aux chercheurs et artistes.
JPEG - 50 ko
La somme que vous pourrez nous verser est déductible de vos impôts sur le revenu (66% de votre don), et ce, dans la limite de 20% de vos revenus imposables.

Ainsi, un don de 250 € revient, après imposition, à 85 €, celui de 1 000 €, à 340 € après imposition.
Vous tous, et seulement vous, pouvez contribuer à la pérennité de l’œuvre d’Armand Gatti, poète, dramaturge, réalisateur, notre ami, et faire qu’un travail de création incomparable ne tombe dans l’oubli, que ses mots ne soient pas perdus.