Méthode de réalisation de l’atlas des paysages de la Seine-Saint-Denis

Publié le par Direction de la Nature, des Paysages et de la Biodiversité

Mots-clés : atlas du paysage paysage urbain stratégie territoriale

Envoyer par mail

 Depuis 2012 le Département acompagné des services de l’Etat et du CAUE, s’est lancé dans une démarche de connaissance des paysages départementaux. En 2012 et 2013 ont leu lieu des séminaires pour amorcer le partage d’une culture commune du paysage.

Ces séminaires ont permis d’engager une réflexion sur l’existence même et la nature des paysages de la Seine-Saint-Denis, et sur les outils qui permettent de le qualifier ou de le promouvoir, et de confirmer la nécessité de doter enfin la Seine-Saint-Denis d’un outil efficace : l’atlas des paysages. Ce document présente les objectifs de l’atlas des paysages de la Seine-Saint-Denis et la méthodologie en cours apres quelques mois de l’initiation du projet (fin 2014).

Les atlas de paysage sont des documents de connaissance partagée sur les paysages d’un territoire. Selon le site étudié, il peut traiter d’échelles géographiques variables (une commune, un département, une région…). Chaque échelle abordée nécessite une approche particulière. En Seine-Saint Denis, l’atlas des paysages a pour vocation de constituer un référentiel, un socle commun de connaissances partagées. Il doit devenir un outil transversal de dialogue, de communication et d’aide à la décision.

La réalisation de l’atlas, sous la co-maitrise d’ouvrage du Département de la Seine-Saint-Denis représenté par sa Direction de la Nature, des Paysages et de la Biodiversité, et de l’Etat – préfecture de Région, s’étale sur plus de deux ans. Elle se fonde sur un processus d’échange et de participation entre les acteurs du territoire et vise à prendre en compte les spécificités urbaines du territoire et la perception du paysage par les habitants. Pour répondre à ces objectifs, deux équipes ont été missionnées pour co-construire le document : une équipe pluridisciplinaire (paysagistes, urbanistes, sociologues, éditorialiste, écologue,...) et une équipe de chercheurs en anthropologie.