Mars 2018 - Convention globale entre Paris et la Seine-Saint-Denis

Publié le par

Mots-clés :

Envoyer par mail

L’ambition d’un partenariat renforcé pour 2018-2020 entre les deux départements !

Adoptée en début d’année, la nouvelle convention globale de coopération 2018-2020 entre Paris et la Seine-Saint-Denis incarne l’engagement fort des deux collectivités pour réduire les fractures et déséquilibres qui touchent l’espace métropolitain. Elle permet de poursuivre une dynamique engagée dès 2013 avec la signature d’une première convention de coopération globale et celle qui a été signée plus récemment dans le cadre de la candidature aux JOP, Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.
La convention répond à des enjeux forts et partagés par les deux collectivités. La période qui s’ouvre est en effet pleine de défis : transition écologique, réduction des inégalités, urgence sociale mais aussi de promesses avec les JOP 2024, les multiples projets de transport, de logement, de développement économique. Malgré le contexte institutionnel incertain, les deux collectivités restent mobilisées et souhaitent profiter de la dynamique à l’æuvre pour poursuivre et étendre leur coopération. La présente convention 2018-2020 définit cinq axes partagés : solidarité, cadre de vie et transition écologique, éducation, culture, sport, comprenant 20 actions concrètes qui couvrent une large part des problématiques partagées par les deux départements.

Des projets ambitieux dans tous les domaines

A l’heure de la construction métropolitaine, Paris et la Seine-Saint-Denis souhaitent travailler à l’effacement de la frontière trop souvent discriminante du périphérique pour créer un espace inclusif. Cette démarche passe par une série d’actions, de politiques et d’événements communs dans de nombreux domaines.
Par exemple, dans le cadre du projet "Passage(s)", les élèves de 3 classes de CM2 et 6ème des écoles et collèges de Pantin, d’Aubervilliers et du XIXème arrondissement de Paris travaillent actuellement sur les espaces emblématiques de la porte de la Villette et du Passage de l’Ourcq. Autour d’ateliers, de visites aux archives, d’interventions d’artistes et d’urbanistes, les élèves et leurs familles expriment leur perception de cet espace, qui donnera lieu à une restitution en fin d’année scolaire.
Une autre action emblématique en matière de lutte commune contre le SIDA s’est inscrite dans cette convention globale, l’idée étant de rapprocher les dispositifs de chacune des collectivités pour mettre en place une politique efficace et partagée. Le renforcement de l’offre de dépistage, le déploiement d’outils de communication et d’action en direction des populations les plus touchées font partie intégrante du projet.
Par ailleurs, Paris et la Seine-Saint-Denis font face à un double défi avec l’impératif de transition écologique et le nécessaire effacement des frontières entre les territoires parisiens et dionysiens. Le développement d’activité de fret et l’aménagement d’espaces publics sur les berges du canal de l’Ourcq ou la réalisation de la continuité cyclable entre l’avenue de Flandres et le Fort d’Aubervilliers tentent de répondre à ces enjeux.
Ce rapprochement va d’ailleurs bien au-delà des actions de la convention. L’annexe prévoit en effet un cadre d’échange de pratiques et d’expériences entre les administrations, un espace propice à l’innovation et la modernisation pour enrichir le travail des deux collectivités.

Un suivi rigoureux

La convention prévoit un suivi étroit et une évaluation de chacune des actions. Un comité de pilotage composé d’Anne Hidalgo, Maire de Paris, et Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, ou de leurs représentants ainsi que des élus, se réunira régulièrement pour évaluer l’avancement et l’efficacité des projets mis en œuvre.

La signature par Anne Hidalgo et Stéphane Troussel interviendra dans les prochaines semaines, l’occasion de lancer officiellement ce partenariat ambitieux au bénéfice des habitants de Paris et la Seine-Saint-Denis.