Plan Juncker : à l’heure du bilan, un exemple de projet innovant qui a vu jour grâce au fameux plan d’investissement pour l’Europe

Publié le par Direction Europe et International

Mots-clés : environnement

Envoyer par mail

Il y a tout juste un an était inaugurée à Saint-Georges-de-Mons en Auvergne-Rhône-Alpes, l’usine EcoTitanium spécialisée dans le recyclage de titane. La première du genre en Europe. Un projet aussi innovant qu’ambitieux d’un investissement global de 50 millions d’euros qui a pu être monté grâce au fameux "plan Juncker", le plan d’investissement pour l’Europe, avec le concours du programme d’investissement d’avenir français.

À l’heure où il est de plus en plus question de guerre des métaux et terres rares, l’usine permettra, à plein régime, de recycler plusieurs milliers de tonnes de ce matériau très précieux dans l’aéronautique, sous forme de lingots formés à partir des chutes collectées auprès des industriels. Elle assurera ainsi à l’Europe une voie d’approvisionnement indépendante alors qu’aujourd’hui l’essentiel des chutes partent aux États-Unis pour être recyclées avant d’être réimportées. Si aujourd’hui l’essentiel du minerais de titane est extrait au Kazakhstan, le recyclage offre des gisements très importants pour un impact environnemental bien moindre. Un succès à mettre au crédit de ce plan lancé en 2015 pour mobiliser des liquidités importantes en Europe vers des projets innovants et risqués et relancer ainsi l’investissement.

La France est le premier bénéficiaire du plan en valeur absolue avec 10,5 milliards d’euros ayant engendré 50,2 milliards d’euros d’investissements par effet de levier (soit plus d’ 1/7e du total).

Pour lire l’intégralité de l’article https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250281593631