Juin 2018 - Vers plus de vélo en Seine-Saint-Denis

Publié le par

Mots-clés :

Envoyer par mail

Avec une politique départementale en faveur du vélo pour une meilleure mobilité douce, durable et plus solidaire...

Le vélo, un atout pour améliorer les conditions de mobilité sur le territoire

Le Département de la Seine-Saint-Denis conduit depuis plusieurs années une politique de développement de la mobilité active, et en particulier de l’usage de la bicyclette. Le vote du plan mobilité durable 2016-2020 en juin 2016 a confirmé cet engagement, puisque ce plan consacre un renforcement inédit des investissements dans la promotion des modes actifs.

Le vélo constitue un moyen de transport écologique et économique, qui se révèle particulièrement efficace et pertinent dans les territoires urbanisés et denses comme la Seine-Saint-Denis, à la fois pour des courts déplacements du quotidien mais aussi pour parcourir des distances plus importantes. Pour des automobilistes ou des habitants fortement dépendants de transports en commun souvent saturés, et dont le réseau couvre le territoire de manière parfois incomplète, il offre une solution alternative ou complémentaire intéressante pour de nombreux déplacements.
Pourtant, le patrimoine routier départemental doit être adapté à son usage. L’enjeu est donc de taille pour la collectivité.
La construction du métro du Grand Paris Express qui traversera le département et l’accueil des Jeux Olympiques en 2024 offrent un contexte favorable et exacerbent la nécessité d’un déploiement rapide d’aménagements de modes actifs sur le territoire. Ainsi, la création d’aménagements cyclables sur les routes départementales répond à l’objectif de rendre les sites olympiques accessibles à vélo. De plus, le vélo peut jouer un rôle important pour optimiser les temps de rabattement vers les futures gares puisque chaque résident du département sera, à terme, à moins de deux kilomètres d’une gare ou d’une station de métro.

Une politique cyclable volontariste pour la Seine-Saint-Denis

Le Département s’est fixé des objectifs ambitieux pour le développement des infrastructures cyclables, avec 6 millions d’euros investis sur le vélo chaque année. Grâce à ce niveau d’investissement inédit, près de 100 projets de création d’aménagements cyclables sont aujourd’hui à l’étude sur les routes départementales. Avec le plan mobilité durable, le développement du réseau cyclable est donc programmé à un rythme inédit : 15 à 20 km d’aménagements supplémentaires sur les 132 km d’aménagements existants sont prévus chaque année (2,5 fois plus qu’auparavant).

La conception des projets doit évoluer vers une logique transversale de prise en compte de l’ensemble des modes de transport pour un meilleur partage de l’espace public et viaire. Les projets d’insertion d’aménagements cyclables doivent bien sûr faire la part belle au vélo en prévoyant des infrastructures de qualité et du stationnement dédié, mais ils permettent aussi d’augmenter le confort des cheminements piétons et d’apaiser la circulation afin d’améliorer la sécurité de l’ensemble des usagers, tout en rendant les espaces publics plus attractifs. Par ailleurs, le Département souhaite adopter une démarche partenariale dans l’élaboration des projets en associant en amont les communes et les établissement publics territoriaux (EPT), et en concertant les associations de cyclistes afin d’adapter au mieux leur contenu aux attentes des villes et des usagers.

Le Département souhaite par ailleurs se positionner comme un centre de ressources en matière de politique de promotion du vélo sur son territoire par le développement et l’animation d’un réseau départemental des acteurs locaux. Ce réseau doit permettre de diffuser des informations relatives aux politiques de modes actifs et de faciliter les échanges de bonnes pratiques et les coopérations techniques entre les villes et les territoires du département. Ainsi, des comités techniques rassemblant les techniciens (référents modes actifs/voirie) des villes et des EPT du territoire seront organisés régulièrement, à raison de trois à quatre fois par an. Un premier comité technique s’est tenu avec succès à l’automne 2017, au cours duquel les participants ont notamment pu échanger autour d’une présentation de la politique vélo montreuilloise et une présentation du plan marche développé par Plaine Commune. En plus de ces comités techniques, des comités de pilotage vélo seront organisés à l’échelle du territoire. Le prochain se tiendra le 26 juin et permettra de faire un point d’étape sur la mise en œuvre du plan mobilité durable en présence des élus.

En parallèle des efforts fournis pour le développement du réseau cyclable, qui constitue un des leviers majeurs pour lever les freins à la pratique du vélo, la politique vélo départementale vise aussi à favoriser un changement des représentations et des pratiques de mobilité. Ce volet « social » de la politique vélo départementale consiste à soutenir des actions innovantes qui permettent d’allier solidarité, écologie et lien social autour de la bicyclette. Ainsi, le Département a récemment lancé un appel à projets pour favoriser l’émergence de nouveaux partenariats avec des associations du territoire dont l’engagement contribue à favoriser l’usage du vélo. Grâce à cet appel à projets, 14 associations qui proposent par exemple des modules d’apprentissage de la bicyclette en milieu urbain pour tous publics ou encore des ateliers d’auto-réparation seront retenues pour être subventionnées à hauteur de 2000 à 5000 euros par projet en 2018.

L’actualité vélo en Seine-Saint-Denis : inauguration de la Scandibérique

Le 1er juin dernier, le Département a eu l’honneur d’accueillir la cérémonie d’inauguration de la Scandibérique à la maison départementale du parc de la Bergère située à Bobigny, au bord du canal de l’Ourcq. La Scandibérique est la partie française de l’EuroVélo 3, un itinéraire de vélo-tourisme qui relie Trondheim (Norvège) à Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne). Elle traverse la France du nord-est au sud-ouest sur plus de 1700 km. En Seine-Saint-Denis, l’itinéraire emprunte le Canal de l’Ourcq depuis le parc de la Poudrerie à Sevran jusqu’à Paris. Cet itinéraire de 16 kilomètres aménagé dès les années 1980 par le Département constitue aujourd’hui un axe structurant, qualitatif et éclairé pour les déplacements domicile-travail effectués à bicyclette en Seine-Saint-Denis, mais c’est aussi le tronçon de véloroute touristique le plus fréquenté en France.

Le Département continue à investir pour améliorer la qualité de cet itinéraire cyclable important, à la fois pour le tourisme et pour la mobilité à vélo du quotidien. Ainsi, une expérimentation de piste solaire y sera réalisée dès l’été 2018 et un autre tronçon de la piste situé à Pantin va être prochainement réaménagé. Pour accompagner l’inauguration de la Scandibérique et fournir un meilleur service aux usagers du quotidien, une pompe à vélo publique sera mise à disposition avant l’été sur la piste du canal, à proximité de la maison du vélo.