Enseignement et apprentissage à l’ère numérique : 450 000 élèves et enseignants utilisent l’outil SELFIE de l’UE destiné aux écoles

Publié le par Direction Europe et International

Mots-clés : europe

C’est le premier anniversaire de SELFIE (Self-reflection on Effective Learning by Fostering the use of Innovative Educational Technologies - outil d’autoréflexion sur l’apprentissage efficace grâce à la promotion de l’utilisation de technologies éducatives innovantes), l’outil en ligne gratuit de la Commission européenne qui aide les écoles à évaluer et à améliorer la manière dont elles utilisent les technologies à des fins d’enseignement et d’apprentissage. Plus de 450 000 élèves, enseignants et chefs d’établissement de 45 pays utilisent déjà cet outil, et ce nombre devrait dépasser les 500 000 d’ici la fin de 2019.

SELFIE fait l’objet d’améliorations constantes grâce à des tests utilisateurs et au recueil d’informations auprès des écoles qui l’utilisent. Parmi les nouvelles fonctionnalités créées figurent un guide vidéo expliquant comment paramétrer et personnaliser l’outil et la possibilité, pour une même école, de comparer ses résultats SELFIE avec ceux qu’elle a obtenus précédemment.

La Commission européenne organise également des actions de sensibilisation et d’information auprès des écoles afin de les encourager à adopter SELFIE, par exemple au moyen d’eTwinning, la plus grande plateforme d’enseignants au monde, et de la Semaine européenne du code. Des documents d’accompagnement et du matériel de formation seront mis au point en 2020, dont un cours en ligne – destiné aux écoles – sur SELFIE et sur la manière dont les enseignants peuvent mettre à profit ses résultats pour améliorer l’enseignement et l’apprentissage à l’aide des technologies numériques. Il est également prévu qu’une version de SELFIE pour l’éducation et la formation professionnelles soit lancée en janvier 2020.

Témoignages d’utilisateurs de SELFIE

« Nous utilisons les technologies numériques depuis de nombreuses années, mais nous n’avions jamais vraiment fait le point de notre situation, notamment pour détecter nos points faibles, ni demandé à nos élèves ce qu’ils pensent de l’utilisation de ces technologies dans notre école. Grâce à SELFIE, nous savons que nous pouvons améliorer des choses, telles que la protection des données ou la sécurité liée à l’utilisation de l’internet et des réseaux sociaux. Nous devons également renforcer la confiance des enseignants, en leur offrant plus de formations et plus d’aide en matière d’utilisation des technologies. » Une directrice d’école, Espagne.

« En nous incitant à engager une réflexion approfondie sur l’apprentissage numérique, SELFIE a facilité l’émergence d’un consensus. Nous souhaitons que l’apprentissage numérique devienne, pour ainsi dire, un aspect invisible de notre école, que la technologie soit là quand les enfants en ont le plus besoin et quand elle permet de consolider les acquis d’apprentissage de chaque enfant. » Un directeur d’école, Irlande.

« Les changements que nous avons introduits après avoir reçu le rapport SELFIE ont amélioré la qualité des cours d’informatique. Les élèves sont dès lors plus motivés ! » Une enseignante, Grèce

« Nos objectifs sont maintenant plus clairs et nous travaillons actuellement à prendre en compte les différents points de vue exprimés dans le cadre du rapport d’établissement SELFIE ». Un enseignant, Italie.

Contexte

Financé par le programme Erasmus+, SELFIE invite l’ensemble de la communauté scolaire – enseignants, chefs d’établissement et élèves – à réfléchir sur une série de questions et de déclarations concernant l’utilisation des technologies dans six domaines, notamment les compétences numériques des élèves, le développement professionnel des enseignants, les infrastructures et l’encadrement. La participation est volontaire. Chaque établissement scolaire peut adapter les questions selon ses besoins, en choisissant parmi un éventail de déclarations facultatives ou en ajoutant ses propres questions. Une fois que les élèves, les enseignants et les chefs d’établissement ont répondu, l’école reçoit un rapport personnalisé contenant des données et des observations. Ces résultats peuvent aider une école à voir ce qui fonctionne bien et moins bien, et à recenser les domaines dans lesquels une action est nécessaire (par exemple, le niveau de satisfaction des enseignants quant à la formation qu’ils reçoivent, les parties de l’infrastructure que les étudiants voudraient améliorer, ou les objectifs de l’école en matière d’utilisation des technologies et, le cas échéant, leur communication au personnel et aux élèves).

Toutes les réponses introduites dans SELFIE sont anonymes et aucune donnée personnelle n’est collectée. Les données ne seront pas utilisées pour classer les écoles ou les systèmes scolaires.

SELFIE a été mis au point par la Commission avec l’aide d’une équipe d’experts en éducation issus de toute l’Europe et est disponible dans 31 langues (les 24 langues officielles de l’Union ainsi que l’albanais, le géorgien, le macédonien, le serbe, le monténégrin, le russe et le turc). Il peut être utilisé dans les établissements d’enseignement primaire (supérieur) et secondaire et dans les établissements d’enseignement et de formation professionnels.

SELFIE est l’une des 11 initiatives du plan d’action en matière d’éducation numérique qui a été adopté par la Commission en janvier 2018 et court jusqu’à fin 2020. Ce plan d’action vise à stimuler les compétences numériques en Europe et à promouvoir l’utilisation innovante des technologies numériques dans l’enseignement et l’apprentissage. Il s’agit d’une des initiatives lancées par la Commission pour jeter les bases de l’espace européen de l’éducation.

Source : Commission européenne